mercredi 29 mai 2024 | 3:43 pm

A Dubaï, Moïse Katumbi perd une manche dans son bras de fer avec Pascal Beveraggi

download (2)

Dans la bataille judiciaire opposant l’homme d’affaires français Pascal Beveraggi à Moïse Katumbi,
ce dernier a vu le pourvoi de sa société, Astalia Investment, rejeté par la cour de cassation de Dubaï.

Aux Emirats arabes unis, l’ancien gouverneur du Katanga et candidat à la présidentielle, Moïse Katumbi, vient
d’essuyer un nouveau revers judiciaire dans sa tentative de capter les actifs de NB Mining Africa. La justice de Dubaï
a rejeté le pourvoi en cassation de la société de droit mauricien Astalia Investment, qu’il contrôle à travers son
épouse Carine Katumbi, et le financier belgo-suisse Bertrand Kirszbaum. Le jugement rendu le 13 juillet par la cour
de cassation de la cité-Etat confirme ainsi la victoire obtenue en appel, en octobre 2022, par la société Octavia,
domiciliée à Dubaï, de l’homme d’affaires français, Pascal Beveraggi. 

En République démocratique du Congo (RDC), Moïse Katumbi se retrouve dans le viseur de la justice et du Conseil
national de sécurité (CNS) dans le cadre de cette affaire. A l’origine de la procédure à Dubaï, Astalia Investment est
accusé d’avoir fourni à la justice émiratie une version manipulée d’un jugement d’août 2020 prononcé en sa faveur
par le tribunal de commerce de Kolwezi, et d’un faux certificat d’exécution signée par la greffière
divisionnaire Antoinette Ntanga Kamwena. Cette dernière a saisi le procureur général près la cour d’appel du HautKatanga, dans une lettre datée du 3 juillet, pour dénoncer l’utilisation « abusive » de son nom dans un « document
fabriqué de toute pièce » par Astalia Investment, contre qui elle a porté plainte. 
Deux cadres d’Ecobank en RDC incarcérés
Suspectés de complicité dans le détournement d’actifs de NB Mining Africa, le directeur juridique de la filiale
congolaise d’Ecobank, Alain Serge Thelly Mungimur et l’ex-directeur des opérations, Auguste Sengo Nzuzi, ont été
arrêtés fin juin (AI du 27/06/23). Ces deux cadres sont toujours détenus à la prison centrale de Makala, à Kinshasa, et
ont vu leurs demandes de libération conditionnelle refusées. 

Récemment convoqué par le procureur général de Kinshasa, le directeur général d’Ecobank RDC, l’Ivoirien Alassane
Sorgo, s’est défendu de toute erreur, arguant d’une exécution de décision judiciaire. Il a succédé au Togolais JeanBaptiste Siaté, visé fin 2022 par un mandat d’amener dans cette affaire, et a quitté le pays. De son côté, Pascal Beveraggi multiplie les procédures judiciaires pour effectuer une myriade de saisies sur comptes dans différentes
banques opérant en RDC (AI du 21/04/23)

About The Author

Partager via

Laisser un commentaire